Actualités

HLM Pussy

Par ISABELLE CHENU, publié le jeudi 13 juin 2024 16:02 - Mis à jour le vendredi 14 juin 2024 09:27
HLM pussy affiche.jpg
Jeudi 6 juin, les élèves de 2nde 8, ceux de 1ère HLP et ceux de la MLDS sont allés voir le film "HLM Pussy" de Nora El Hourch, récompensé par le prix du meilleur Long métrage de fiction 2023 du Festival international du film d’éducation d’Évreux.

   

 

 

 

Les élèves de première HLP de Paul Constans se sont rendus au cinéma le Palace pour regarder le film « HLM PUSSY » sorti en mars 2024 et réalisé par Nora El Hourch.

Les jeunes racontent : « La médiatrice culturelle Stéphanie Perraudin nous a guidés au début et à la fin du film. « HLM PUSSY » raconte l'histoire d'un groupe d'amies, Amina, Djeneba et Zineb qui sont trois facettes de la personnalité de la réalisatrice. Nous pouvons constater que le film est centré sur l'agression de Zineb entraînant ainsi la combativité d'Amina concernant la cause des femmes. Zakaria, un jeune délinquant, va entrer dans la salle de bain, s'enfermer avec Zineb et enfreindre son intimité en l'embrassant alors qu'elle n'éprouve aucun sentiment pour lui. Elle est incapable de réagir, tétanisée. Le spectateur comprend qu'elle est impuissante, face à cette agression. En effet, elle se brise l'ongle sur le lavabo, ce qui reflète tant sa blessure morale que physique. L'élément déclencheur de la polémique est la publication sur les réseaux d'une vidéo par Amina sans l'accord de ses amies montrant Zakaria pendant une autre agression durant laquelle il veut « posséder » Zineb. De ce fait vont s'ensuivre des menaces. Amina est obligée de changer de collège à contrecœur, et une dispute naît entre Amina contre Zineb et Djeneba. Mais tout est bien qui finit bien, elles vont se retrouver unies contre l'agresseur qui sera obligé de quitter la cité.

La question du consentement est ici essentielle car certains producteurs n'ont pas voulu adhérer au projet considérant qu'un simple baiser n'était pas assez choquant or lors d'un débat après le film il est ressorti que tout fait non consenti doit être jugé telle une agression. »

Les élèves de 1ère HLP